Rassurez vos clients avec un livre sans fautes

veronique-dessogneJe sais, je sais…la relecture d’un livre est une tache ingrate surtout lorsqu’on est entrepreneur, coach, thérapeute ou formateur et que l’écriture n’est pas une fin en soi. Et pourtant. Si vous voulez que votre livre serve vraiment vos objectifs marketing, c’est une étape incontournable. S’en passer (ou aller trop vite) reviendrait à ne pas finir ce que vous avez commencé ce qui, en tant que professionnel, n’est pas dans votre façon de faire. Pour vous aider à vous relire efficacement, j’ai fait appel à Véronique Dessogne, écrivain public à Plum’Ondaine. Voici ces astuces pour que votre texte soit le reflet de votre expertise. Voici l’article qu’elle vous propose.

 

Pourquoi la relecture est-elle souvent perçue comme accessoire ?

Vous venez de passer deux heures à écrire et vous en avez marre. Vous êtes fatigué, vous n’avez plus qu’une envie : poser votre stylo (ou votre clavier) et passer à autre chose.

La fin de la journée approche et vous avez encore mille et une tâches à accomplir, vous n’avez clairement pas le temps de vous relire.

Vous vous sentez frustré, la relecture freine votre créativité. Vous ne voulez pas interrompre le flot d’idées qui déborde de votre cerveau pour une futilité, vous risqueriez de laisser échapper LA bonne idée.

Surtout, vous ne voyez pas l’utilité de vous relire. Le niveau baisse, même les journalistes se permettent de laisser apparaître des fautes, pourquoi ne le pourriez-vous pas ? Quelle importance ? Qui remarquera vos fautes ? De toute manière, même s’il y a des fautes, cela n’empêche pas la compréhension. Dans ce cas, pourquoi s’acharner à vouloir écrire sans aucune faute, puisque le lecteur lira et comprendra parfaitement le sens du texte?

Mais êtes-vous bien sûr de tout cela ?

Pourquoi se relire est-il capital ?

Parce que vous êtes un professionnel ! Vous êtes supposé être irréprochable. Imaginez que vous deviez faire appel à un spécialiste. Vous consultez sa plaquette, son site Internet. Ils sont truffés de fautes. Qu’en penseriez-vous ? Il n’est pas sérieux, il ne maîtrise pas la langue (ni sa communication), comment être certain de ses autres compétences ? Je préfère aller voir un de ses concurrents, cela me paraît plus sûr. Vous avez besoin d’être rassuré par un texte sans fautes. Votre client est comme vous !

L’orthographe est importante et même essentielle pour la compréhension. Oui, bien sûr, en théorie, on peut comprendre un mot même s’il est mal orthographié mais le lecteur n’a pas envie de buter sur chaque mot. Il a besoin de fluidité afin de se consacrer au sens et chaque faute est un obstacle qu’il doit franchir, qui le ralentit et le perturbe dans sa lecture. Sans oublier que, parfois, une erreur, une lettre oubliée, modifiée, c’est tout le sens de la phrase qui change ! Ecrire sans fautes ou écrire cent fautes, ce n’est pas la même chose. Les mots voleur et valeur n’ont qu’une lettre de différence, mais trompez-vous dans une phrase et celle-ci n’a plus du tout le même sens !

Ecrire un texte en laissant des fautes c’est également un manque de respect vis-à-vis du lecteur (et potentiel client). Mettez-vous à sa place : que ressentiriez-vous ? Du mépris ? Que vous n’êtes pas assez important pour qu’on fasse l’effort d’écrire correctement ? Ce lecteur sera déçu et, sans doute, ne deviendra-t-il jamais votre client, même si vous êtes le meilleur dans votre spécialité.

Comment faire alors ?

Changez votre vision de la relecture. Vous l’avez compris, elle fait partie intégrante du processus d’écriture. Elle n’est ni accessoire, ni optionnelle : elle est IN-DIS-PEN-SA-BLE !

Vous pouvez organiser votre relecture, la programmer à un moment où vous serez plus détendu. Il n’est pas forcément utile, ni judicieux, de vous relire immédiatement après avoir écrit votre texte. Laissez votre cerveau se reposer. Faites une pause, buvez un café, sortez le chien, jouez avec vos enfants…

Etablissez un programme, en plusieurs étapes : tranches de 5 (ou 10) mn ou paragraphe par paragraphe. Relisez-vous pendant 5 mn puis arrêtez-vous. Un moment plus tard, reprenez, 5 minutes, puis arrêtez-vous, puis reprenez ! Cela vous paraitra moins ennuyeux et plus rapide si vous faites petit bout par petit bout. Vous serez plus concentré, repérerez mieux les fautes et serez plus apte à les corriger.

ecrire-2Faire plusieurs relectures peut être utile. Faites une première relecture pour le sens : vérifiez que le lecteur va bien comprendre ce que vous souhaitez dire, que votre message passe bien. Ensuite, relisez-vous en vous concentrant sur la forme : les mots sont-ils bien orthographiés, les accords conformes, les verbes bien conjugués, la concordance de temps est-elle bien respectée ? Vous pouvez aussi vous relire en vous concentrant à chaque fois sur un type de mot différent : d’abord les sujets, puis les verbes, les adjectifs…

Vous avez bien compris l’importance de la relecture mais votre niveau en orthographe n’est pas très bon et vous n’êtes pas sûr que vous relire change grand-chose au problème ? Différentes solutions s’offrent à vous pour améliorer votre utilisation de la langue.

De nombreuses informations sont accessibles sur Internet où des sites spécialisés dispensent une myriade de conseils. Quantité d’ouvrages, plus ou moins classiques, sont également à votre disposition. Outre les éternels Bled et Bescherelle, qui ont beaucoup évolué et sont devenus plus attrayants, les ouvrages d’Anne-Marie GAIGNARD sont intéressants. Elle a longtemps eu des difficultés avec l’orthographe et a créé sa propre méthode (http://www.defi9.fr/), très ludique. Le Projet Voltaire (https://www.projet-voltaire.fr/) propose un entrainement (et un certificat) via son site internet et son application pour tablettes et mobiles et est aussi à l’origine de plusieurs manuels bien conçus.

Enfin, si vraiment vous n’êtes pas ami avec l’orthographe ou n’avez tout simplement pas le temps ou la motivation nécessaire pour produire des écrits parfaits, faites appel à un professionnel ! Un écrivain public par exemple. L’écrivain public n’a pas disparu, il est même de plus en plus présent. Relire un texte, corriger les fautes, reformuler une phrase, suggérer une autre tournure, c’est son métier !

Quelques astuces !

Avant de vous quitter, je vous donne quelques astuces. Soyez attentifs au choix des mots que vous employez, évitez le jargon, expliquez les mots techniques. Par exemple, si vous êtes coach et que vous utilisez la méthode NERTI, vous souhaitez le mentionner sur votre plaquette ou votre site. N’oubliez pas que votre client, lui, ne connait sans doute pas cette méthode donc expliquez ce que c’est : méthode de nettoyage émotionnel inventée par Luc Geiger.

Quand vous hésitez sur un mot, remplacez-le par un autre. Exemple : vous faites souvent la confusion entre d’avantage et davantage. Vous pouvez remplacer d’avantage par bénéfice et davantage par plus : je ne tire pas d’avantages (bénéfices) de cette situation ; Je veux manger davantage (plus) de gâteau.

Vous êtes arrivé à la fin de l’article et êtes devenu un expert en relecture. Dorénavant, vous avez toutes les clés pour ne plus faire de fautes dans vos écrits et asseoir ainsi votre crédibilité.

Merci à Véronique Dessogne, de Plum’Ondaine

 

 

fermer la fenetre

Recevez gratuitement mes vidéos

 

3 conseils pour commencer votre livre cette semaine

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *