Mon livre est un produit d’appel

Laurence Bénatar, psychosociologue-formatrice et coach, est l’auteur de 4 ouvrages pratiques édités chez Eyrolles. Elle nous apporte son témoignage et explique pourquoi et comment ses livres lui permettent de développer son activité professionnelle.

Bonjour Laurence, peux-tu revenir sur ton parcours professionnel ?

laurence bénatarPendant 17 ans, j’ai été formatrice sur des sujets aussi essentiels que la confiance en soi, la prise de parole en public, les écrits professionnels ou la gestion du temps. Cela m’a permis d’interagir avec un public varié.  J’ai ensuite ajouté une corde à mon arc avec le bilan de compétence pour accompagner des personnes en reconversion ou en évolution de carrière. Ces deux expériences m’ont naturellement amenée au coaching projet. Aujourd’hui je travaille avec des femmes qui veulent devenir chef d’entreprise et développer leur visibilité professionnelle. Avec mes livres, je suis également devenue conférencière.

Comment es-tu venue à l’écriture de livres pratiques ?

J’ai toujours aimé les mots et avant d’être formatrice, j’étais attachée de presse.  Un jour, au cours d’une conversation, j’ai fait part de mon envie d’écrire à une amie qui travaillait dans le même organisme de formation que moi. Quelques jours après, elle m’appelait  pour me proposer de rédiger un ouvrage avec elle. C’est ainsi que nous avons publié Tout pour bien communiquer à l’oral chez Eyrolles.

Comment procède-t-on pour écrire un livre pratique à quatre mains ?

Dans ce cas précis, le démarrage était extrêmement important car le sujet était vaste. Nous avons donc mis toutes nos idées en commun, précisé pourquoi nous avions envie d’écrire ce livre et déterminer à qui nous allions nous adresser. Puis nous avons établi un sommaire, une liste de chapitres et nous avons partagé le travail. Ensuite nous avons écrit chacune de notre côté tout en nous fixant des rendez-vous réguliers pour faire le point et suivre l’avancement du livre.

Dans la coécriture, on est évidemment dépendante de ce que l’autre fait. Mais cela présente aussi de nombreux avantages car partager un sujet permet d’échanger, de nourrir sa créativité et donc de ne pas risquer de se trouver bloquée à un moment ou à un autre. Et puis partager la responsabilité implique une certaine rigueur dans le travail.

As-tu aimé cette expérience ?

Oui, et j’ai trouvé cela très enrichissant. A la suite de cet ouvrage j’ai d’ailleurs recommencé en écrivant 50 exercices de relooking et Le relooking en pratique avec ma sœur, Sophie Bénatar, conseillère en image. Pour ces deux ouvrages,  la co-écriture m’a permis de rester dans mon rôle de psychosociologue – qui aide la personne à évoluer – et de faire appel à une professionnelle de l’image pour parler de coiffure, de maquillage, etc. Nos discours étaient distincts et complémentaires et ces deux ouvrages ont rencontré du succès.

les clés de la confiance en soi laurence benatarC’est d’ailleurs ce qui m’a permis de proposer le sujet de mon quatrième livre, 50 exercices de confiance en soi, écrit seule cette fois. J’ai beaucoup aimé l’attitude de mon éditeur, Eyrolles, qui m’a écouté, a accepté ma demande et m’a proposé de m’inscrire dans une de leurs collections. L’ouvrage fonctionne très bien et, après une première réédition, il vient d’être traduit en russe ! J’en suis très fière !

Comment te sers-tu de tes livres pour développer ton activité ?

Récemment j’ai travaillé avec une cliente qui m’avait connue par le livre. Elle a pu me joindre par mail, je l’ai rencontrée et suivie. Voici un exemple de retombée directe !

Les conférences que j’organise me servent de carte de visite. Pour te donner un exemple, en vacances dans un club, j’ai organisé au pied levé une conférence sur la confiance en soi parce que les gens m’avaient  vue avec mon livre à la main et voulaient en savoir plus. Je ne fais pas de formation spécifique sur la confiance puisque mon métier est l’accompagnement et le coaching. Mais cela me permet de faire venir une clientèle qui n’oserait pas me contacter autrement. C’est un produit d’appel.

J’organise aussi des web conférences et je me sers de la photo de mon livre pour en faire la publicité. Cela augmente ma crédibilité et ma légitimité auprès des personnes qui ne me connaissent pas.

Quel conseil donnerais-tu  aux femmes qui hésitent à écrire un livre pratique ?

Lorsque je me demande dans quoi je suis en train de m’engager, je me rappelle que l’information que je transmets va aider des gens. Que cela soit un guide de relooking, des recettes pour bien nourrir ses enfants ou des conseils pour pratiquer la pêche à la ligne, peu importe.  Il faut oser se lancer et  diffuser l’information.  Nous avons toutes des expériences différentes et nous pouvons  en faire bénéficier les autres. Aider les gens est mon moteur et cela m’a toujours permis de passer à l’action pour entreprendre l’écriture d’un livre pratique.

Les points à retenir

  1. La co écriture permet  d’échanger, de nourrir sa créativité et de soutenir sa motivation. C’est une première expérience d’écriture qui peut être très enrichissante.
  2. Lorsqu’on est déjà auteur dans une maison d’édition, il est possible de proposer des sujets qui s’inscriront dans une collection existante.
  3. Les conférences et web conférences organisées autour d’un livre servent de produit d’appel et attirent des personnes dont certaines deviendront des clientes.

Les livres de Laurence Bénatar:

  • Tout pour bien communiquer à l’oral, Laurence Bénatar- Christine Harache, Editions Eyrolles
  • Le relooking en pratique, Sophie Bénatar-Laurence Bénatar, Editions Eyrolles
  • 50 exercices de relooking, Sophie Bénatar-Laurence Bénatar, Editions Eyrolles
  • 50 exercices de confiance en soi, Laurence Bénatar, Editions Eyrolles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *