Les 5 habitudes pour écrire et terminer un livre

Commencer à écrire un livre n’est pas trop difficile une fois que l’on a le déclic. D’ailleurs, peut-être faites-vous partie de ceux qui rangent soigneusement des manuscrits inachevés dans un tiroir pour les reprendre plus tard, une fois qu’ils auront le temps ?  Écrire et terminer un livre peut alors relever du challenge. Le véritable secret consiste à adopter quelques habitudes simples mais efficaces.

Lorsque j’ai commencé mon premier livre, j’y suis allée un peu à l’aveuglette. J’écrivais quand je pouvais, ce que je pouvais, sans véritable engagement envers moi-même. Après tout personne n’attendait mon livre ou, du moins, le croyais-je. C’est au fur et à mesure, en m’apercevant que les conseils que je donnais pouvaient véritablement changer la vie des familles qui s’expatriaient que j’ai réalisé que mon message avait de l’importance. Et beaucoup plus de valeur que je le pensais au départ. Au fil des années, et des dizaines de livres que j’ai écrit pour moi ou pour les autres, j’ai appris qu’il était beaucoup plus facile de terminer un ouvrage si j’adoptais ces 5 habitudes.

Faites de la place pour votre livre

Pendant les trois mois qui viennent quoiqu’il arrive – oui, je dis bien quoiqu’il arrive – bloquer un moment pour écrire et inscrivez-le dans votre agenda. Je ne parle pas de matinée ou de soirée, mais simplement d’une heure, voire de trente minutes par jour.

L’expérience que j’ai avec mes clients montre que ceux qui veulent « donner un coup de collier » et écrire pendant des journées entières se découragent à un moment ou à un autre et ont du mal à terminer dans le délai qu’ils avaient fixé.

En revanche, ceux qui sont plus modérés dans leur ardeur parviennent à écrire de manière régulière et avancent rapidement.

Préparez votre séance d’écriture la veille pour le lendemain

Personnellement je relis mes notes le soir avant d’aller me coucher et je pense aux points que je veux développer le lendemain.

Une de mes clientes – 3 livres en 3 mois de coaching dont 2 publiés et 1 en cours – se lève tôt et réfléchit à son sujet sous la douche. De ce fait, elle n’hésite pas lorsqu’elle se met à sa table de travail. Les mots coulent de source et c’est ce qui lui permet d’être aussi productive.

Ne vous relisez pas en cours d’écriture

Se relire, c’est voir les fautes, les lacunes et juger – souvent avec sévérité – un travail qui n’est pas terminé.

Aimeriez-vous qu’un invité donne son avis sur un plat que vous préparez, alors que vous êtes encore en cuisine en train d’éplucher les légumes ? Non, n’est-ce pas ? Et bien l’écriture, c’est pareil. Le premier jet, c’est la préparation de votre livre, le moment où tous les ingrédients sont sur la table mais que le plat n’est pas encore dressé.

Le travail de réécriture, de relecture, d’édition est la dernière étape. Pour le moment, concentrez-vous sur la seule chose qui compte : mettre des mots sur le papier. Le regard critique est indispensable mais viendra plus tard.

Engagez-vous auprès de vos proches, de vos clients ou de votre éditeur

Dire qu’on écrit un livre rend le processus concret et permet de passer du projet à la réalité. Si votre livre est attendu, vous n’en serez que plus motivé.

Une cliente s’est engagée pour un cycle de conférences avant même que son livre soit terminé. De cette façon, elle ne peut plus reculer. Une autre a indiqué sous son pseudo Skype : mon premier livre sortira en juin.

Aussi, si vous êtes tenté de baisser les bras, vous trouverez toujours quelqu’un pour vous demander des nouvelles de votre livre. A mon sens, c’est une « pression » salutaire.

Restez zen

Dans toute activité humaine, il y a les jours « avec » et les jours « sans ». C’est la vie. Certains jours vous serez très productif, d’autres beaucoup moins.

En réalité, cela n’a guère d’importance car les bons jours rattraperont toujours les mauvais. l’important c’est la régularité.

Grâce à ces 5 habitudes, votre livre « s’écrira » facilement et sans douleur et vous êtes certain d’arriver à bout de votre premier jet.

Une dernière chose : vous êtes la personne qui vous connaissez le mieux. Peut-être travaillez-vous plus facilement lorsque vous êtes accompagné. Si c’est le cas, et mes clients en témoignent, le coaching rédactionnel vous aidera à terminer plus vite votre manuscrit. Contactez-moi et nous verrons comment je peux vous aider.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *