En 3 mois, j’ai structuré mes idées, écrit mon sommaire et mon premier jet…

Lorsqu’elle s’est inscrite au Mastermind « J’écris mon livre avant Noël », Karine avait une idée de livre mais n’avançait pas. Elle est venue chercher une méthode et des outils pratiques. Voici son témoignage.

Et pour ceux qui préfèrent lire…

Véronique Plouvier : Bonjour Karine et merci d’avoir accepté de témoigner. Par rapport à ton projet de livre, dans quelle situation te trouvais-tu avant de t’inscrire au Mastermind ?

Karine : J’avais une idée d’écriture de livre et, en fait, je n’avançais pas car je n’étais absolument pas structurée, je partais dans tous les sens. Finalement je remettais toujours à plus tard parce que, quand je me posais dessus, c’était pour moi un vrai calvaire. Je ne savais pas si ce que je faisais était bien, je n’étais pas outillée pour et finalement je n’étais plus motivée. Je n’avançais pas.

VP: Qu’est-ce qui t’a incitée à t’inscrire au Mastermind ?

Karine : En fait, je me suis dit que comme a priori je n’étais pas capable de le faire toute seule, il fallait que je me fasse aider par quelqu’un qui l’avait déjà fait, qui avait les connaissances et les bases à me donner et à partager avec moi. Et puis, quand j’ai vu ce que tu présentais, je me suis dit que la solution était de dupliquer des choses qui avaient déjà été faites, que cela pouvait fonctionner. Et l’idée du Mastermind, c’est interactif, c’est sympa de pouvoir partager avec d’autres.

VP: Au départ, c’est donc l’idée de la méthode qui t’a séduite, l’idée d’une méthode à dupliquer qui avait fonctionné et donc fonctionnerait pour toi ?

Karine : C’est cela.  Car il y a beaucoup de choses qui existent mais finalement c’est beaucoup de théorie. Je recherchais du pratico-pratique pour avancer.

VP :Tu parlais du Mastermind, de l’esprit. Est-ce que tu as apprécié le fait d’être avec des gens au même stade que toi dans leurs projets d’écriture ?

Karine : En fait, j’ai été agréablement surprise par l’équipe. Nous étions toutes du même âge et avec le même type de projets. On avait un peu la même antériorité d’anciennes salariées qui ont voulu développer des choses et partager leur expérience dans leur domaine, puisqu’on avait toutes des domaines différents.

VP : Oui, j’y tenais. J’avais d’ailleurs annoncé qu’il y aurait une seule personne par secteur d’activité.

Karine : C’était très sympa. Je pense qu’on gardera le contact car on peut s’apporter des choses mutuellement par rapport à nos expertises.

VP : Est-ce que cela a permis de soulever des points auxquels tu ne pensais pas immédiatement ?

Karine : Oui, cela a enrichi le débat par rapport au partage de chacune et aussi par rapport à ce que toi tu nous as dit, ce que tout nous as apporté. On a pu faire des modifications dans nos plans d’action.

VP : Tu peux donner un exemple concret ?

Karine : Par exemple, j’avais une idée assez précise de ce que je voulais dans mon livre et, finalement, en discutant avec toi et avec les autres membres du Mastermind, tu m’as soumis l’idée de modifier l’ordre des chapitres. Après, c’est juste des choses que tu nous donnes et on en fait ce qu’on veut.

VP : Oui, il faut bien expliquer que ce ne sont que des suggestions et que vous n’êtes absolument pas obligé de les suivre. Chaque personne écrit son livre, décide du contenu et de la rédaction du livre.

Karine : Par contre, c’est important pour moi car on est tellement le nez dedans que quelquefois on n’arrive plus trop à se remettre en question et à se dire pourquoi je ferais différemment. Avoir un avis extérieur de gens qui, à la rigueur, ne connaissent même pas le milieu dans lequel on est, c’est aussi très intéressant.

VP : Concrètement qu’est-ce que Mastermind t’a apportée ?

Karine : Cela m’a vraiment donné un coup de pied aux fesses car comme c’est un peu timé avec un rendez-vous tous les 15 jours, cela nous oblige aussi à faire.  Et en même temps c’est super car sinon on procrastine. Cela m’a apporté de la méthodologie. On a parlé de mind maping. Tu nous as apporté des méthodes pour faire ne serait-ce que le sommaire dynamique que je ne connaissais pas. Tu nous as donné un tas d’outils pratiques qui m’ont vraiment apporté un soutien dans la démarche de l’écriture de ce livre.

VP : Aujourd’hui tu n’as pas encore terminé ton livre. Où en es-tu ?

Karine : Je suis très contente car malgré tout je n’y croyais pas. Mais c’est vrai qu’avec une vraie démarche, une vraie méthode, des vrais outils on avance. Aujourd’hui mon sommaire est fait, mon contenu, les grandes idées et les idées moyennes sont posées. Maintenant il reste à écrire correctement et bien sûr corriger, relire, etc. Mais on va dire que le gros du livre est là.

VP : Cela veut dire qu’en trois mois tu as réussi à trouver ton idée, à la structurer et à écrire ton premier jet.

Karine : Absolument.

VP : Si tu devais recommander le Mastermind que dirais-tu ?

Karine : Je pense qu’il faut avoir une idée assez précise de ce qu’on a envie de faire car sinon on perd du temps. Avoir une vraie motivation, un vrai projet. Je recommande vraiment cette démarche pour avoir les outils nécessaires. Il y a une expression qui dit que tout seul on n’est pas grand-chose. Il faut accepter le soutien de gens qui l’ont fait et avec qui cela a fonctionné. Je recommande vraiment ce type d’outil qui fait avancer très vite.

Merci Karine.

Si, comme Karine, vous voulez bénéficier de la dynamique et du soutien d’un Mastermind les inscriptions pour la prochaine session « J’écris mon livre avant le printemps » sont ouvertes. Attention, il n’ y a que 6 places !

Une réflexion au sujet de « En 3 mois, j’ai structuré mes idées, écrit mon sommaire et mon premier jet… »

  1. Ping : Pourquoi participer à un mastermind d’écriture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *