5 leçons apprises en tant qu’auteur

J’écris professionnellement depuis plus de 20 ans. Des livres pratiques, des articles, des dossiers de presse, des blogs…Et au cours de ces années, j’ai appris au moins une chose : prendre plaisir à écrire ne suffit pas à produire un texte de qualité. J’ai tâtonné et, à force de réécrire beaucoup de pages, j’ai retenu cinq leçons dont j’aimerais vous faire profiter.

1.Écrivez régulièrement.

femme écrivant sur un ordinateurN’attendez pas d’avoir le temps, prenez-le ! Si vous êtes sérieuse à propos de votre livre, il faudra vous donner des rendez-vous réguliers et bloquer des plages dans votre agenda. Lorsque j’écris un livre, je m’assois devant mon ordinateur tous les jours à la même heure. Devant moi, mon ordinateur, un bloc note, un stylo et une tasse de thé. Cette discipline permet de ne pas se poser de question, de ne pas se donner le choix ! C’est le meilleur moyen de faire avancer le travail. Dites-vous que l’écriture de votre livre va prendre quelques semaines de votre vie, pas plus. Mais impossible de faire l’impasse sur une certaine rigueur.

2. Écrivez comme vous parlez.

Mais en mieux ! Gardez votre phrasé naturel et vos mots. Imaginez que vous vous adressez à une amie et que vous lui expliquez quelque chose au cours d’une conversation. Que feriez-vous si c’était réellement le cas ? Je suppose que vos phrases et vos termes seraient simples, sans effet littéraire compliqué. Lorsque vous écrivez, gardez toujours en tête que vous vous adressez à une personne et à une seule. Restez vous-même en vous contentant d’améliorer votre style, c’est-à-dire en gommant les tournures trop familières. C’est ainsi que votre livre séduira le plus grand nombre.

3.Faites un plan.

Le principe d’un livre pratique est de permettre au lecteur de résoudre une problématique en le conduisant d’un point A à un point B. Le chemin doit être clair et apparaître au premier coup d’œil dans le sommaire. Si le futur lecteur n’est pas immédiatement convaincu que vous pouvez lui apporter une réponse (un savoir-faire, un retour d’expérience, des idées pour réaliser quelque chose…) il n’achètera pas votre livre ou, si vous l’offrez, ne l’ouvrira pas. L’autre avantage du plan est, qu’une fois établi, il vous permet de travailler beaucoup plus vite (vous «remplissez » les blancs) et dans le désordre. C’est un bon moyen de pallier les pannes d’inspiration et de lever d’éventuels blocages.

4.Fixez vous une date butoir.

Lorsqu’un éditeur commande un livre, vous devez livrer votre manuscrit à une date donnée. Et c’est bien car cela vous force à avancer. Même si vous n’avez pas encore d’éditeur, ou que vous avez fait le choix de l’auto édition, établissez un planning de travail. Par exemple : si vous voulez avoir écrit 200 pages dans 3 mois, cela fait 67 pages par mois, soit un peu plus de 2 pages par jours si vous pouvez écrire tous les jours. L’idée n’est pas de se mettre de la pression, mais de savoir où vous allez et où vous en êtes. Si vous annoncez à votre entourage et à vos clients que votre livre sera disponible dans 4 mois, le projet a beaucoup plus de chances d’aboutir que si vous vous contentez de dire que vous allez écrire un livre. C’est une question d’énergie.

5. Laissez reposer votre texte avant de le valider.

Dans le feu de l’action lorsque j’écris et que les phrases s’enchaînent, tout semble aller bien dans le meilleur des mondes. La journée se termine et je suis contente de moi 😉 . Mais pour avoir travaillé avec des rédacteurs en chef exigeants, j’ai appris la prudence. Ne pensez jamais que le texte que vous venez d’écrire est parfait ! Je suis prête à parier qu’en le relisant le lendemain vous découvrirez 1. des fautes d’orthographe 2. des répétitions 3. des incohérences. C’est normal. Les rédacteurs parlent de « mettre le texte au frigo » c’est-à-dire qu’ils le laissent refroidir au moins une nuit pour le relire avec un œil neuf. Faites de même lorsque vous écrivez une page de votre livre. Mon astuce : relisez toujours ce que vous avez écrit la veille. Cela vous permet de corriger très rapidement tout ce qui doit l’être, de vous remettre dans le bain en douceur.  Vous n’échapperez pas à la relecture finale mais beaucoup d’erreurs ou de négligences auront déjà été corrigées.

Cet article vous a-t-il été utile ?

3 réflexions au sujet de « 5 leçons apprises en tant qu’auteur »

  1. Ping : Écrire un livre en 2 temps 3 mouvements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *